Télémaque
Menu
Annotate & Collect
Hervé Télémaque naît à Port-au-Prince, le 5 novembre 1937. En 1957, il quitte Haïti pour New York et s’inscrit à l’Art Student’s League où il étudie avec Julian Levi, jusqu’en 1960. Durant son séjour aux États-Unis, il s’est simultanément nourri de l’expressionnisme abstrait alors régnant et du surréalisme tel qu’il a été réinterprété et exploité par les artistes américains, notamment sous l’influence d’Arshile Gorky. Mais c’est dans les préceptes du Pop’Art qu’il va véritablement trouver sa voie bien particulière. Dès 1959, la peinture, Sirène, marque son originalité. Déjà il veut s’ancrer dans la réalité et échapper à l’abstraction : même le titre se réfère à son quotidien, évoquant les sirènes des bateaux qu’il entendait depuis sa chambre de «Brooklyn Heights». Il vient en France en 1961 et s’installe à Paris. Il y fréquente les Surréalistes, sans adhérer formellement au groupe. Télémaque entend composer son propre vocabulaire plastique. Dans ses tableaux se retrouvent des objets usuels : cannes blanches, chaussures de tennis, tentes de camping. Il participe à l’aventure de la «Figuration narrative», celle d’artistes comme Klasen, Monory, Rancillac, Fahlström, que le critique Gérald Gassiot-Talabot réunit en 1964 dans une exposition intitulée «Mythologies quotidiennes». Après une longue période où il pratique exclusivement le collage et l’assemblage, Télémaque est revenu au cours des années 80 à la peinture et au dessin. Dans le tableau comme dans la sculpture, il s’agit de rendre surprenants les choses ou les objets banals, d’ouvrir des possibilités de sens multiples à des icônes ou des bribes d’icônes, à l’origine, univoques. À partir des années 90, Télémaque continue ses recherches au travers des dessins au fusain et d’étonnants bas-reliefs où la scie-sauteuse remplace le crayon. Marqué sans doute par le souvenir du Vaudou qui régnait dans son île, il pratique sa propre magie mélangeant du marc de café aux pigments de couleurs pour donner à celles-ci une lourdeur sensuelle. En 2000, il reprend une activité qu’il n’avait plus pratiquée depuis de longues années, l’illustration de livre avec deux séries de gravures et de lithographies pour deux ouvrages de Serge Fauchereau. Depuis l’exposition Fusain et marc de café – Deuil : le dessin, l’objet, à la galerie Louis Carré en 1994 (catalogue préfacé par Yves Michaud), Hervé Télémaque a exposé en 1995 à Paris à la fondation Électricité de France, Œuvres d’après nature (catalogue préfacé par Philippe Curval). Après la double exposition à la Fiac’96 (stand galerie Louis Carré & Cie et stand galerie Marwan Hoss), suivent trois rétrospectives, d’abord à Johannesbourg, Electrical Workshop au printemps 1997 puis à Valence (Espagne), IVAM au printemps 1998, au Centre d’art de Tanlay (Yonne) pendant l’été 1999. À la suite de plusieurs séjours en Afrique, Télémaque réalise une série de peintures intitulée Trottoirs d’Afrique à l’acrylique présentée en 2001 à la galerie Louis Carré (catalogue préfacé par Gérard Durozoi), tandis que la galerie Messine-Thomas Le Guillou montre des lithographies, des gravures et des dessins. En 2002, l’IUFM de Lyon présente une exposition autour du grand tableau Fonds d’actualité n° I, un hommage indirect aux dessinateurs satiriques Plantu et Pancho, avec la figure de Jacques Chirac. À l’occasion de la parution de la monographie par Anne Tronche chez Flammarion, dans la collection «La Création contemporaine», la galerie Louis Carré présente sur son stand à la Fiac 2003, une exposition réunissant un ensemble d’œuvres majeures des années 60, intitulée Paris 1961.
Magazines
Ghia Gilda
Richard Estes´ New York
Trylon and Perisphere
This damned city is a big mirror
POOL
Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla
Herb Aach: Color Theory
The Bean King
Diego Velázquez
Gianfranco Pardi
FUML: John Löfgren, Jonas Pettersson, Petrus Palmér
Les Graphiquants
Réjean : Les ROCHERS
Réjean: THE FRUIT THE TREE
Adrien Toubiana
Enrico Castellani: Superficie
Fabien Dumas
A Happy and Abundant New Year
Sigrid Sandstrom
William Glackens
Stuart Davis
Abstract
Modern Masters at Albertina
Alain Vonck
Masood Kamandy
Dorothée Loriquet
Pieter Bruegel the Elder: The Speaker
l´objet de mon attention
Firework Drawings
The farmer continued to plough
German Pop
X marks the spot
Constance Guisset
Matthieu Lavanchy
Cecil Touchon
Chimères
Perch
An Eclipse Day
Sylvain Rieu-Piquet, Paris: Island of Delights
Life Guard
Streets Of Moscow
Sarker Protick: Bangladesh
Sergio Mora
Wataru Yamakami
Out My Window
Kensaku Oshiro
Great Vitality
The Return of the Herd
Chair Art
Omer Polak: Design for Food
Geometric Abstraction
Indolence in Art
EACH X OTHER
At the Laundromat
M/M (Paris)
Late Turner at the Tate
Hans Christiansen´s Jugendstil
Venice without Tourists
Pop Art 1960s
The Harvesters
related projects
The Joys of Ice Skating
Le Drugstore Brand Identity
Franz Kline
New Generation
Kippenberger
“I perhaps owe it to flowers that I became a painter.”
Expression/Information
German Art since 1960
Xavier Antin: Printing at Home
Rayan Ayash
Slimane
Small Buildings
Raymundo Colares
Tamara
Alain Georges Frank Jacquet
Impressionist Gardens
Fire Monkey New Year 2016
Superheroes
Damien Coupeté images
Janine Abraham & Dirk Jan Rol
German Painting after the 1960s
Merzbau
Excentrique/Beware
Charles Negre
L´Imparfaite by VLF
The Slave Ship
The Sea by Emil Nolde
Forward Retreat
Parisian Still Lifes
Volkswagen Jetta
Pavel Tchelitchew: Spiral head
Fernando Botero
Sebastian Stoskopff the Painter of Vessels
Jean Arp: Randomness
Heaven & Hell
Hell & Heaven
Parc de la Villette, Paris
Ben Weiner: Post-Psychedelic Dreams
More cats in art
Heinrich Hoerle, Franz Wilhelm Seiwert and Anton Raederscheidt
collected shots
Pigeonner / Public Pigeon Sculptures
La Concentration des Services / Simplification de Paysage
American Modern Paintings at Sotheby´s
Modigliani: Your real duty is to save your dream
Frank Stella: Radical Abstraction
Gordon Walters: Koru
Monet and the Birth of Impressionism